Le Livre des Choses Perdues

téléchargement

Auteur : John Connolly

Editeur : L’Archipel

Parutions : 11 mai 2011 (poche)

Résumé : « Il était une fois – car c’est ainsi que toutes les histoires devraient débuter – un garçon de 12 ans qui venait de perdre sa maman. Inconsolable, David a trouvé refuge dans les livres pour oublier le remariage de son père et la naissance de Georgie, son demi-frère. Une nuit, persuadé d’entendre sa mère l’appeler, David découvre un passage caché au fond du jardin. Il le franchit et se retrouve propulsé dans un monde fantastique, peuplé de personnages issus de ses lectures et de son imaginaire. Alors que la seconde guerre mondiale déferle sur l’Europe, David entame un périple à la recherche d’un vieux roi qui conserve ses secrets dans Le Livre des Choses Perdues, sésame qui permettrait au jeune garçon de quitter ce royaume. Mais le conseiller du souverain a pour lui d’autre desseins … » (4ème de couverture)

 

Ce roman a été un gros coup de coeur. Je l’avais lu il y a assez longtemps à la bibliothèque, et je l’ai retrouvé dans un Easy Cash récemment et je l’ai donc racheté par nostalgie. Quand je l’ai relu, j’ai été subjuguée. Ce livre est une vraie perle. On suit l’histoire de David, un petit garçon de 12 ans qui vient de perdre sa mère. Le livre est à la 3ème personne, mais cela n’empêche en rien le fait de s’identifier à lui. David lit énormément grâce à sa mère qui ne cessait de lui conter des histoires lorsqu’il était petit. Après la mort de sa mère, son père se remarie avec une femme que David déteste et ne considère pas comme sa mère. Le couple à ensuite un bébé, demi-frère de David, bébé qu’il déteste encore plus. Alors il s’enferme dans sa nouvelle chambre, dans la grande maison à la campagne de la nouvelle compagne de son père. Entre temps, la seconde guerre mondiale grandit, et les avions commencent à survoler le ciel, chargés de bombes prête à être larguées. En « sécurité » à la campagne, David ne se sent pas très concerné. Un jour, les livres commencent à chuchoter et un inconnu se faufile souvent dans sa chambre. Il entend également la voix de sa mère qui l’appelle par delà le muret du jardin. Alors il le franchit et pénètre dans un autre monde.

Ce livre est présenté comme un conte pour enfant. Mais il n’en est rien. Les phrases sont simples mais belles à lire. Si le livre est simple à lire, c’est parce que l’on pourrait se mettre au niveau de David. Le jeune âge de David renforce la certitude que ce livre est pour les enfants. Il parle de conte et de fantastique. Sauf que, sans être de l’horreur, ce livre n’est pas pour les enfants. Il y a d’abord certaines allusions au sexe, légère mais qu’un enfant ne comprendrait pas. Ensuite, les contes de fées présents sont revisités de manière beaucoup moins enfantine. Ainsi le Chaperon Rouge devient une histoire sanglante, engendrant de terribles monstres, Blanche-neige est une petite peste … Nous rencontrons également des personnages horrible pratiquant des expériences plus que douteuse qui choqueront même les adultes. Si cela m’a choqué, c’est peut être parce que je pensais lire à un roman plus adaptés aux enfants aussi. Il y a également des vérités de la vie, sur la maladie, la vieillesse, et l’insignifiance de la vie humaine, des créatures que l’on n’aimeraient pas voir en vrai, des actes de tortures, des marchés incluant des vies humaines … En bref, ce n’est pas un beau conte pour enfant. C’est un superbe roman noir, qu’on a envie de relire encore et encore.

Alors que l’on pense lire le pire, on lit encore pire après, et David affronte avec témérité tous ces événements. Il est très attachant, et l’on ne peut que l’aimer, le soutenir. On le suit alors qu’il devient plus « mature », plus endurci par tout ce qu’il a affronté dans ce monde. Si ce livre est un de mes préféré, c’est à cause de l’horreur présente qui est présenté comme un beau conte de fée pour enfant. C’est macabre et glauque, mais j’en veux plus. Je pense qu’il s’adresse aux adolescents, voir plus pour comprendre tout le livre, et aux lecteurs avertis. La scène avec la biche (dont je ne parlerais pas car c’est un spoil important) m’a profondément choquée, ainsi que la fin. Il peut également aider à « comprendre » la mort, car c’est un thème omniprésent. Je vous le conseille encore et encore, lisez le, ce livre est une perle, et il reste un de mes livres préférés dont je ne me lasserai jamais de lire.

Sylnor

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s