Les Chaînes du Silence – Céline Chevet #PLIB2021

Couverture Les chaines du silence

« Après avoir sauvé la vie d’un vampire, Nathanaël est contraint de fuir son village. Réfugié au plus profond de la forêt où ces créatures gardent les ombres, il est adopté par l’une d’entre elles qu’il nomme Kael, scellant ainsi son destin.
Malgré sa nouvelle condition d’animal domestique et le silence permanent de son maître, Nathanael observe la communauté qu’il intègre et dont il ignore tout. Pour la première fois, il apprend à contempler ces espaces immenses qui isolent les hommes et abritent les Bêtes, ces créatures issues d’un autre temps.
Lui, l’humain fragile et sensible, symbolise tout ce que les vampires immortels ne regardent plus. Mais parce qu’il choisit de s’attacher pleinement à son maître, leur vie en est bouleversée. De ces chaînes nait un espoir. La liberté. Pour tous les deux. »

Nathanaël est un jeune homme vivant paisiblement dans son village. Si des dangers tels que des Bêtes et des Vampires existent, ces derniers sont assez lointains pour qu’il ne s’en préoccupe pas. Jusqu’au jour où un Bête vient attaquer un des habitants de son village, puis des Vampires. Nathanaël va protégé malgré lui un Vampire, ce qui chambouler sa vie à jamais.

Ce qui m’a plu, c’est que nous suivons Nathanaël à travers son journal intime, lu par un autre personnage. Tout ce que nous savons de lui est ce qu’il a inscrit dans ce journal. Cet autre personnage est un vampire, et c’est tout ce que nous savons de lui au début : il n’a pas de nom, pas d’âge, pas d’objectif, il est seulement appelé « Le Vampire » par le narrateur. Il est suivi par une fillette, dont nous ne connaissons rien non plus, à part qu’elle est humaine. Nous avons donc à faire à une double-narration très habilement menée.

Finalement, le personnage sur lequel on en sait le plus reste Nathanaël, simple figure existant uniquement à travers son journal. Et on s’y attache à cette figure ! On s’identifie très vite à Nathanaël, banal humain vivant une vie banale en tant qu’imprimeur, et qui se retrouve embarqué dans plus grand que lui car il n’a su commettre un acte effroyable. Ce personnage est d’un naturel gentil, curieux et sensible. Il est également courageux et déterminé, et n’abandonne pas aussi facilement. J’ai vraiment aimé suivre ces aventures, mais surtout les liens qu’ils tissaient avec les Vampires.

Et les Vampires sont des créatures fascinantes. Ils n’ont pas besoin d’utiliser de langage pour communiquer, mais une autre méthode très poétique pour échanger entre eux. En fait, poétique est le mot qui les désigne le mieux. Ils portent un regard tout autre sur le monde, du fait de leur immortalité, mais aussi de leur sensibilité à l’art en général. Ils sont d’une grande élégance, fascinant à suivre.

Tous les personnages sont largement exploités, et tous apportent quelque chose au récit. J’ai apprécié les deux personnalités totalement distinctes des deux narrateurs, Nathanaël et le Vampire. Un humain et un Vampire, chacun sa vision différente de ce monde. Et la fillette n’est pas en reste, on finit par s’attacher à elle, à s’inquiéter et s’apitoyer sur son sort. L’autrice n’hésite pas à maltraiter ses personnages.

Au niveau de l’univers, il est sauvage et cruel, la nature reprenant ses droits. Les humains sont terrorisés par les Vampires. Certains sont réduits en esclavages par ces derniers, servant de garde manger sur pattes. Et les autres font comme ils peuvent afin de rester en vie. Il y a une chaîne alimentaire qui se crée, les Vampires en haut de celle ci. Il y a aussi une belle part d’onirisme, certaines choses se développant dans les rêves, un autre monde à explorer. J’ai adoré l’idée des Bêtes également, autres créatures que les Vampires, ajoutant une touche subtile de fantastique bienvenue.

La plume de l’autrice est agréable, belle et fluide. On parvient à entrer dans son univers dès les premières lignes, malgré le peu d’informations fournies au début. Toutefois, la fin est assez frustrante. Elle ne répond pas à toutes les questions posées, et se finit presque sur une fin ouverte nous laissant imaginer la suite.

Au final, j’ai vraiment aimé entrer dans cet univers, faire la connaissance des deux personnages présents dans cette double narration. La grande force de ce récit sont les personnages et les liens qu’ils tissent entre eux, sincère et réels, le tout écrit par une plume poétique et fluide, dans un univers onirique et contemplatif de notre humanité.

Sylnor

#ISBN9782375681381

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s