Les voleurs de curiosités – Jess Kidd

Couverture Les Voleurs de curiosités

Londres, 1863. Bridie Devine, détective spécialisée dans les cas délicats, fait face à l’affaire la plus complexe et la plus insolite de toute sa carrière. Christabel Berwick, l’héritière d’un baronet, a été kidnappée. Mais Christabel n’est pas une enfant ordinaire. Son existence a été cachée aux yeux de tous et ses étranges talents semblent effrayer son entourage autant qu’ils attirent l’attention des collectionneurs de curiosités.
Ne ménageant pas ses efforts pour retrouver l’enfant, Bridie entre dans un monde de chirurgiens déments et de saltimbanques mercenaires. Aidée dans sa quête par le fantôme tatoué d’un boxeur mélancolique qu’elle seule peut voir et par une femme de chambre à la carrure impressionnante, la jeune femme suit pas à pas les traces laissées par les ravisseurs, s’exposant ainsi à un passé qu’elle a tenté d’oublier. Résurrectionniste, chimiste excentrique, créature aquatique légendaire : autant de personnages qui hantent les pages de ce roman lyrique et gothique où le spectacle est roi, mais qui fait la part belle à une enquête digne des plus grandes énigmes policières.

Nous sommes à Londres dans les années 1860, une époque que j’aime particulièrement. Grâce au titre, il était évident que nous allions explorer des cabinets de curiosités, endroits que j’apprécie énormément du fait de leurs étrangetés et parfois leurs beautés.

Nous suivons donc le personnage de Bridie, qui est fabuleux ! Elle est loin des stéréotypes et des clichés, décrite comme n’étant pas une beauté, mais quelque chose se dégageant d’elle la rend très séduisante. De plus elle est forte et indépendante, n’a pas sa langue dans sa poche, n’hésite pas à se travestir en homme et fume la pipe régulièrement. Sa femme de chambre est une colosse barbu, ce qui complète le tableau.

Elle est aidée dans son enquête par Ruby, un boxeur en caleçon décédé qu’elle seule peut voir. Personnage mélancolique et attachant, il ajoute une certaine note d’humour.

J’ai aimé le Londres dépeint par l’autrice : empreint de réalisme, un Londres sale où les gens jettent leurs pots de chambres par la fenêtre, puant et dangereux, loin de celui parfait que l’on s’imagine dans la littérature.

Bridie enquête donc sur la disparition de Christabel, fille d’un baronnet dont quasiment personne ne connaissait l’existence. Cette enquête va confronter Bridie à son passé, j’ai pris beaucoup de plaisir à la lire. Le plus intéressant est que nous ayons souvent des chapitres avec Christabel et ses ravisseurs.

L’écriture est palpitante et dynamique, parfois poétique. Pas une seule fois on ne s’ennui, et on referme ce roman presque à regret.

Au final, ce roman a tout pour plaire : une bonne intrigue, des personnages très attachants, une écriture poétique, … Je ne peux que vous conseiller de le lire ! Il est très proche d’un coup de coeur pour moi !

Sylnor

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Il me tente pas mal celui-ci, d’autant plus si on ne ressent aucun ennui !

    Aimé par 1 personne

    1. antredesylnor dit :

      Je te le conseille fortement !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s