Le jour où l’humanité à niqué la Fantasy – Karim Berrouka

Couverture Le jour où l'humanité a niqué la Fantasy

Au départ, il y a un lutin qui hurle « Vous avez niqué la fantasy ! » alors qu’il retient en otage plusieurs personnes dans une bibliothèque. Et puis il y a le coup d’un soir d’Olga qui se met à déconner et à foutre le feu à son appartement, avant d’aller brouter les pissenlits par la racine. Et il y a aussi les trois punks Jex, Skrook et Pils qui doivent jouer au Festival du Gouffre tandis qu’il se passe de drôles de trucs dans la forêt d’à côté.

Le jour où l’humanité à niqué la fantasy est le dernier roman en date de Karim Berrouka, auteur que j’ai découvert avec Celle qui n’avait pas peur de Cthulhu. Ce roman m’a laissé assez mitigée. Autant il y a de très bonnes idées que j’ai beaucoup appréciée, autant d’autres points ne m’ont pas plus du tout.

Tout d’abord, les personnages. Je n’en ai aimé aucun, je n’ai pris aucun plaisir à les suivre et à les voir évoluer. Le pire, c’est le nom des personnages ! Autant Margo et Olga, ça va, mais Puckimfrühling et Puckaufdemwasser, clairement, c’est plus complexe de retenir qui est qui.

J’ai bien aimé le fait que la « vraie » fantasy intervienne dans notre vie, donnant lieu à quelques situations rocambolesques. De plus, nous avons de jolies mises en abymes avec certains auteurs réels qui se font remonter les bretelles par des lutins, du fait que leurs visions de la fantasy n’est pas conforme à la réalité de cette dernière. J’ai aimé voir Jérôme Vincent par exemple, au prise avec ces lutins, causant une scène totalement décalée.

Malheureusement, je suis restée hermétique face à l’humour du récit. Le langage est parfois assez familier, pour ne pas dire vulgaire, et si cela est cohérent avec le récit, cela m’a dérangée dans le sens où les mots obscènes ne sont pas forcément justifiés.

Au final, j’ai bien aimé ce roman qui transporte des idées très originales liées à notre vision de la fantasy, mais la manière dont c’est écrit ne m’a pas vraiment plus, et les personnages dépeints m’ont découragée, mais cela reste une bonne lecture qui plaira aux lecteurs qui veulent casser l’image qu’ils ont de la fantasy. Non, les lutins ne sont pas petits.

Sylnor

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Je n’ai pas encore découvert cette auteur mais on peut dire qu’il est intrigant, déjà quand on lit le titre de ses romans. Pas sûre que je serai allée naturellement vers ce livre mais ce que j’en lis me rend curieuse. J’ai bien envie de voir la manière avec laquelle la fantasy va rentrer dans notre monde réel, tout en humour.

    Aimé par 1 personne

    1. antredesylnor dit :

      Je pense qu’il vaut le coup de le découvrir, d’autant qu’il change vraiment des lectures habituelles. Apres je ne sais pas si c’est le meilleur roman pour découvrir l’auteur.
      Mais c’est assez drôle de voir la « vraie » fantasy menaçait les auteurs de fantasy dans notre réalité !
      Si tu le lis, je veux bien un retour !

      Aimé par 1 personne

  2. plumesdelune dit :

    Je pense avoir beaucoup plus aimé que toi mais je comprends aussi ton ressenti, c’est un peu particulier ^^
    Kin

    Aimé par 1 personne

    1. antredesylnor dit :

      Je pense aussi, mais tant mieux pour toi, car j’ai repéré le potentiel du roman 😊

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s