Des œillets pour Antigone – Charlotte Bousquet #PLIB2021

Couverture Des oeillets pour Antigone

1991, France. En triant les affaires de sa sœur disparue cinq ans plus tôt dans des circonstances tragiques, Luzia retrouve son vieux médaillon ainsi que son journal intime. À sa lecture, elle s’interroge : et si son suicide était lié à ce bijou et à la mort de leur tante vingt ans auparavant à Évora ?

Quand elle commence à être assaillie de cauchemars et d’hallucinations, la jeune femme se lance sur les traces de la vérité. Une quête qui la plongera dans le passé de sa famille, dans un Portugal déchiré par la dictature de Salazar…

Trois époques.
Trois femmes.
Trois destins.
Une volonté : être libre.

Ceci risque d’être une courte critique. Je n’ai ni aimé, ni détesté. Je n’ai pas été prise dans cette histoire, et si le roman avait été plus long, je ne l’aurais sans doute pas fini. Le fait que je le fasse en lecture commune m’a également beaucoup aidé. Ma chronique ne sera pas longue, d’autant que j’ai lu le livre il y a plusieurs mois et que je m’attelle seulement à l’écriture de celle-ci, mes souvenirs ne sont donc pas des plus précis.

Nous suivons Luisa, une jeune fille dont la grande sœur s’est suicidée cinq ans plus tôt, sans raison apparente. En triant ses affaires, Luisa va tomber sur un médaillon qui appartenait à sa sœur, et encore avant à sa tante, tuée dans de mystérieuses circonstance au Portugal pendant la dictature de Salazar.

Je me souviens avoir aimé suivre Alma, leur tante. C’était une jeune fille qui rêvait de liberté et parcourait sa campagne à cheval, ce qui n’était pas très convenable pour une femme à l’époque. Luiz était un peu plus effacé, mais était en plein conflit avec ses parents, et doit porter le deuil de sa sœur. Et si cette dernière est décédée avant l’intrigue du roman, nous pouvons lire des pages de son journal intime. J’avoue ne pas avoir aimé sa sœur du tout. Elle est égoïste et parfois même cruelle avec sa sœur, l’appelant « La Purge ».

J’aurais aimé un peu de fantastique, là j’avais plus le sentiment de lire un drame familiale. L’autrice écrit relativement bien, et l’époque choisie est assez innovante pour moi, n’ayant jamais lu de romans se déroulant au Portugal. L’autrice aborde également des thèmes assez variés, tels que la Liberté, l’homosexualité, le SIDA et le suicide … Les sauts dans le temps sont également intéressants, nous permettant de mieux comprendre les tenants et aboutissants du récit et de suivre tous les personnages.

Au final, bien que le fantastique soit peu présent, les thèmes choisis et les personnages exploités sont les points forts de ce récit très bien construit.

Sylnor

#ISBN9782367408361

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Callysse dit :

    Ce roman ne me fait pas tellement envie. Je ne le lirais que s’il est finaliste

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s