Shining In The Dark – Anthologie

Couverture Shining in the dark

« À l’occasion des vingt ans de Lilja’s Library, l’un des sites de référence sur l’œuvre de Stephen King, son responsable, Hans-Åke Lilja, a fait appel à la fine fleur de la littérature fantastique mondiale pour composer cette anthologie. Du King lui-même – avec un texte inédit en français – à Jack Ketchum, en passant par Clive Barker, John Ajvide Lindqvist ou Ramsey Campbell, vous trouverez dans ces pages de quoi alimenter quelques belles nuits cauchemardesques…

Au sommaire, des textes de qualité par des auteurs talentueux : Stephen King, Clive Barker, John Ajvide Lindqvist, Jack Ketchum, P. D. Cacek, Ramsey Campbell, Stewart O’Nan, Bev Vincent, Brian Keene, Richard Chizmar, Kevin Quigley, Edgar Allan Poe, Brian James Freeman »

Shining In The Dark est une anthologie écrite à l’occasion des vingt ans de Lilja’s Library, qui est un site de référence sur Stephen King. J’adore Stephen King, donc quand les éditions ActuSF m’ont proposé cet ouvrage, qui comporte une de ses nouvelles inédites ainsi que d’autres nouvelles par de grands auteurs, je n’ai pas hésité une seconde.

La couverture est sublime. Les dessins sont légèrement en relief et doré, et le rouge ressemble à un vieux livre, donnant un côté mystérieux au roman. Cette anthologie est donc composée de 12 nouvelles, chacune d’un auteur différent. Gros point négatif, il n’y a aucune nouvelle écrite par une femme. Cette anthologie est donc typiquement masculine. Passé outre cela, des noms très connus se détache de cette anthologie : Stephen King bien sûr, mais aussi Edgar Allan Poe, Clive Barker, John Ajvide Lindqvist (auteur de l’excellent Laisse moi entrer). Les autres noms me sont inconnus, l’occasion certainement de découvrir de nouveaux auteurs !

La première nouvelle, sans surprise, est celle de Stephen King, Le Compresseur bleu. Inattendue, cette nouvelle est brève, mais ne m’a pas laissé un fort ressenti. Sympa à lire, mais sans plus, même si une légère tension réussie à monter en quelques pages.

Vient ensuite Le Réseau, écrite par Jack Ketchum & P.D. Cacek. Très sympathique à lire, nous suivons les échanges entre un homme et une femme sur un chat en ligne. J’ai aimé le twist final, auquel je ne m’attendais pas.

Le Roman de l’Holocauste est la troisième nouvelle, de Stewart O’Nan. Difficile à cerner au début, j’ai pris plaisir à la lire. Nous y suivons un célèbre auteur qui doit réaliser une interview pour parler de son roman, qui mélange la fiction et son propre passé.

Quatrième nouvelle, Aeliana, de Bev Vincent. Nous allons y suivre une fillette pour le moins étrange, Je n’en dirais pas plus, mais j’ai beaucoup aimé cette nouvelle.

Charabia et Theresa, de Clive Barker, et certainement la nouvelle que j’ai le moins apprécié. J’ai eu du mal à rentrer dedans, et j’ai lu l’histoire sans m’en imprégner, comme si un mur m’empêchais d’aller dans le récit.

La sixième nouvelle, La fin de toutes choses, par Brian Keene, m’a semblé une nouvelle très personnelle. Une personne ayant tout perdu attend la mort. J’ai beaucoup apprécié cette nouvelle.

La Danse du cimetière de Richard Chizman est une des plus courtes, aussi je n’en parlerais pas. Elle est juste très bien écrite et plaisante à lire.

La huitième nouvelle est une des plus longues. L’attraction des flammes, de Kevin Quigley. Une de mes préférées, alliant fantastique, horreur et suspens, qui renoue également avec nos peurs d’enfants.

Le Compagnon de Ramsey Campbell est une nouvelle que j’ai apprécié. Un homme veut essayer toutes les fêtes foraines qu’il peut avant sa retraite, mais celle qu’il va essayer dans cette nouvelle est différente des autres …

Dixième nouvelle, Le Coeur révélateur d’Edgar Allan Poe. Que dire dessus, à part que c’est du Poe ? J’ai beaucoup aimé cette nouvelle, même si je pense avoir été influencée par l’auteur.

L’Amour d’une mère est celle qui m’a le plus « marqué ». Ecrite par Brian James Freeman, elle est le plans ancré dans notre époque, la plus réelle. Jusqu’où pourrions nouvelle aller par amour pour sa mère ?

Et enfin la dernière nouvelle, Le manuel du Gardien de John Ajvide Lindqvist. Un jeune garçon intelligent découvre les jeux de rôle, plus particulièrement ceux de Lovecraft. J’adore Lovecraft, et il se trouve que je possède un exemplaire du Manuel du Gardien, ce qui fait que je suis complètement entrée dans ce récit, qui est ma préférée. L’horreur et la tension y est présente tout du long, et elle est très bien écrite. Elle clôture parfaitement cette anthologie.

Au final, c’est une anthologie que j’ai adoré lire, avec des nouvelles bonnes, moins bonnes et certaines excellentes. Je la recommande vraiment !

Sylnor

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s