Les Noces de la Renarde – Floriane Soulas #PLIB2020

Couverture Les noces de la renarde1461, Japon. Hikari vit dans les forêts peuplées de croyances et de dieux du Japon du 15ème siècle et s’intéresse de près au village installé au pied de la montagne… à ses risques et périls.

2016, Tokyo. Mina, qui a le pouvoir de voir les yokaï, esprits et monstres du folklore japonais, va se laisser entraîner dans une chasse au démon, en plein cœur de Tokyo.

Deux univers qui se croisent et s’entremêlent, entre quête d’identité et désir d’émancipation.

Ayant déjà lu Rouille de Floriane Soulas, et vu le thème abordé par ce roman, je ne pouvais pas passer à côté !

Nous suivons deux temporalité différentes : Une temporalité en 1461 , dans un Japon médiévale, où les croyances sont très présentes, et une autre en 2016, dans un Japon moderne où les croyances sont moins présentes.

En 1461, c’est Hikari que nous suivons. Cette dernière est une Kitsune, une femme renarde, une déesse. Elle vit avec ses sœurs, au sein de la forêt. Cependant, elle est souvent attirée par le village des hommes, au pied de la forêt, ce qui est interdit par sa communauté. C’est donc en se cachant qu’elle va continuer d’espionner les hommes.
C’est une jeune femme orgueilleuse et sûre d’elle, mais qui doute beaucoup aussi. Ce qui rend cette déesse presque humaine.

Mina vit en 2016, à Tokyo. C’est une jeune fille discrète et banale, qui n’aiment pas se faire remarquer. Et pour cause, elle peut voir les fantômes, mais aussi les Yokaï. Elle passe donc son temps à éviter de rentrer en contact avec eux, à se protéger des atrocités dont on pu être victimes certains esprits. Elle ignore d’où vient son don, et le considère comme un fardeau. Puis elle va apprendre à connaître Natsume, une camarade de classe.

Cette dernière fait partie d’une longue famille de chasseurs de démons, capable de voir les Yokaï. Natsume n’a pas ce don, et est exclue de sa famille. Son assurance et sa fierté cache en réalité de la honte, même de la jalousie face à Mina qui a ce don sans le vouloir.

Mina va se voir embarqué dans une histoire de chasse au démons, contre son gré, mais va également commencer une enquête sur les origines de son don, qui va la mener très loin …

Le fait d’avoir deux temporalité est très intéressante, car cela signifie forcément que ces deux personnages ont un lien, même si l’on ignore lequel, et comment tout cela va évoluer. Mina est plus intéressante à suivre au début, mais Hikari devient plus intéressante dans une seconde partie.

Ce que j’ai particulièrement apprécié, c’est tout l’univers développé ici. Nous avons affaire à de nombreux Yokaï, que nous découvrons ou redécouvrons, ainsi qu’à bon nombres de traditions issues du Japon. J’aime le Japon et ses traditions, mais le folklore est peut être ce que j’aime le plus, et j’ai adoré retrouver tous cela dans ce roman.

L’autrice à une belle plume, très immersive, et on ne s’ennuie pas une seconde dans ce récit. Les personnages sont très intéressant, et l’histoire fascinante. Seul bémol, une fin prévisible et légèrement décevante.

Cela reste une belle découverte, et je répondrais présente lors de la sortie du prochain roman de Floriane Soulas (en croisant les doigts pour qu’il y en ai un !). Livre que je recommande aux personnes aimant le Japon sous tous ses angles, aux fans de folklore, voir de fantastique !

Sylnor

 

#ISBN9782367407043

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s