Cogito – Victor Dixen #PLIB2020

« UCouverture Cogiton don du ciel…
Roxane, dix-huit ans, a plongé dans la délinquance quand ses parents ont perdu leur emploi, remplacés par des robots. Sa dernière chance de décrocher le Brevet d’Accès aux Corporations : un stage de programmation neuronale, une nouvelle technologie promettant de transformer n’importe qui en génie.
…ou un pacte avec le diable ?
Pour les vacances de printemps, Roxane s’envole pour les îles Fortunées, un archipel tropical futuriste entièrement dédié au cyber-bachotage. Mais cette méthode expérimentale qui utilise l’intelligence artificielle pour  » améliorer  » la substance même de l’esprit humain est-elle vraiment sûre ? En offrant son cerveau à la science, Roxane a-t-elle vendu son âme au diable ?
Demain, l’intelligence artificielle envahira toutes les strates de la société.
L’ultime frontière sera notre cerveau. »

Pourquoi je l’ai lu ?

Dès que j’ai appris qu’un nouveau roman de Victor Dixen allait sortir, j’étais toute excitée ! J’ai lu les Phobos il n’y a pas si longtemps, que j’avais adoré, et les Animale, il y a assez longtemps, qui m’ont laissé un très bon souvenir. Il était donc logique que je l’achète, d’autant plus que l’auteur était présent aux Imaginales, avec son livre en avant première. Je l’ai donc acheté, avec une belle dédicace et un peu de blabla ! Et une mention sur la couverture, qui brille de mille feux !

Il se passe quoi, dedans ?

Nous suivons Roxanne, une lycéenne dont la mère est décédée. Elle vit seule avec son père et sa belle-mère, avec lesquels elle ne s’entend pas. Alors quand elle a l’opportunité de pouvoir obtenir une bourse pour partir aux îles Fortunée afin de pouvoir réussir à avoir son bac, elle n’hésite pas à postuler. Elle est accepté, et part donc à son stage.

Petite précision, nous sommes dans un futur où les robots et les Intelligences Artificielles sont partout. Certaines personnes ont des robots pour effectuer des tâches, ce sont les IA qui écrivent les fictions télévisées ou les romans, elles remplacent les travailleurs, et accomplissent divers tâches que les humains n’effectuent pas. Il n’y a quasiment plus de travail pour les humains, qui effectuent seulement ceux que ne peuvent pas encore faire les robots, et pour travailler, il faut le BAC.

C’est donc pour l’avoir que Roxanne part sur les îles Fortunés. Le but est d’implanter des connaissances dans l’esprits des stagiaires, qui vont emmagasiner en une semaine l’équivalent d’un an de connaissance. Les îles ressemblent au Paradis : on ne travaille pas, on fait ce qu’on veut sur une belle plage. Mais certaines choses vont mal se passer, et ce petit Paradis va se transformer en cauchemar.

Les Personnages, intéressants ?

Les personnages sont très stéréotypés, comme toujours chez Dixen. Roxanne est l’adolescente rebelle qui en veut à son père pour la mort de sa mère. Si je ne l’ai pas trouvée particulièrement attachante, j’ai aimé la suivre au quotidien, partageant ses peurs et ses craintes. Et c’est elle le narrateur. Lorenzo et Faune sont les deux autres boursiers. Je n’ai pas aimé Lorenzo, je l’ai trouvé cupide et aveugle, mais qui s’est rattrapé en cours de route. J’ai en revanche beaucoup apprécier Faune, l’exact opposé de Lorenzo, qui à une histoire assez touchante. Mon petit coup de coeur est Sinbad, un geek qui amène de nombreuses références à la pop-culture, plus particulièrement la Science-Fiction, là où la technologie dérape. Les autres personnages sont assez oubliables, même s’ils apportent tous leurs contributions au roman.

Au final, j’en pense quoi ?

J’ai aimé retrouvé la plume de Victor Dixen, qui nous dépeint un futur qui paraît parfait, mais qui comporte de nombreuse lacune. Il y a aussi quelques références à Phobos, qui font plaisir à lire. D’autres références parcourent le roman, des références aux films de science-fictions, du genre I Robot, à des auteurs, comme Isaac Asimov. Et bien sûr, à Descartes ! J’ai toujours aimé la philosophie, alors quel bonheur de voir des citations entières du Cogito de Descartes ! J’ai été charmé ! Comme dans Phobos, Dixen a rajouté des pages d’explications afin qu’on comprenne mieux les processus. On sent que l’auteur s’est vraiment renseigné sur les IA, le fonctionnement des procédés, sur les technologies, et qu’il a pris plaisir à écrire ce roman. Du moins, c’est ce que j’ai ressenti.
Ce roman m’a rendue légèrement nostalgique du temps où je me passionnais pour la Science-fiction, et où j’étais persuadée que les robots nous domineront un jour. Seule petite déception, le fait que les événements de l’île ne ce soient pas répandu mondialement.

Sylnor

#ISBN9782221241721

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. J’avais plutôt bien aimé Phobos, et le sujet de celui-ci intrigue l’ancienne étudiante en philo que je suis ; c’est original pour de la SF young adult je trouve. Du coup merci d’avoir attisé ma curiosité 😉

    Aimé par 1 personne

    1. antredesylnor dit :

      L’ancienne L que je suis à adoré les références philosophiques ! Oui, j’étais plutôt étonnée, mais cela renforce le réel, et ça rend vraiment bien ! Je t’en prie, j’espère qu’il te plaira 🙂

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s